Méditation sur Noël



J'ai longuement médité en mon cœur le très beau texte de la naissance de Jésus, présenté par Luc au chapitre 2, ce merveilleux récit de résurrection — je ne t'apprends rien si je te dis que les évangiles nous parlent toujours de résurrection — .
En ce temps de l'avent, en ce temps de préparation, il convient de me re - cueillir pour ac - cueillir Celui qui veut faire de ma maison son temple saint ; Celui qui veut continûment naître en moi pour me créer à son image comme sa ressemblance ; Celui qui veut façonner mon cœur en un cœur de pauvre, un cœur qui accueille, donne, accueille et re - donne encore ; Celui qui tellement pauvre m'entraîne au désert pour que je ne sois distrait par rien, que j'entende son cri et que mon oreille se fasse attentive à Sa parole ; Celui qui veut combler mon cœur de tout son amour pour que toutes montagnes et toutes collines soient abaissées, toutes vallées et tous abîmes soient remplis, pour que je vienne à son appel, me tourne vers Lui et consente à L'héberger, Lui, l'Hôte infini.
Et, par toutes les Marie et les Joseph, par leurs mains que je peux saisir, par leurs mots que je peux entendre, le Seigneur vivant et vrai frappe à ma porte et m'appelle : il veut pénétrer chez moi pour prendre le repas avec moi, Lui près de moi et moi près de Lui. Il veut faire de mon cœur le temple de sa joie pour que, partout autour de moi, la vie, la beauté et la liberté surgissent ; pour que je sois le vitrail de sa splendeur ; pour que j'accepte qu'il naisse en moi et que je naisse en lui ; pour que son cœur soit la crèche où je veux naître et que le mien soit la sienne.
Alors les anges chanteront la gloire du Seigneur car il habite mon cœur et que j'habite le sien ; ils crieront « Hosanna au plus haut des cieux… » ce chant qui retentit dans mes entrailles parce qu'en moi s'est enracinée sa vie, éclate sa joie, et scintille le feu de sa résurrection. Et tout mon être devient ainsi son temple saint et mon silence crie sa puissance de tendresse et ma transparence laisse surgir sa lumière qui éclaire tout sur ma route.
Que Dieu naisse en moi, voilà toute sa volonté. En moi le ciel ou l'enfer. Il m'appartient que Dieu y fasse son ciel, qu'il y établisse son paradis pour que sa joie soit complète.
Quelle réponse donner à son amour? Voilà le sens tellement profond de Noël pour moi.
Et dans la chair souvent brisée et déchirée de l'Église, il m'invite à me nourrir de Lui, Nourriture de mon cœur que l'on a déposée dans la mangeoire.
À l'image de Marie, je veux me laisser pénétrer jusqu'aux entrailles par Jésus ressuscité pour qu'enraciné en moi sous l'influence du Souffle divin, je naisse en lui et que le cœur du Père frémisse de joie.

Jacques Corriveau


 


Je veux retourner à Noël Sous Le Genêt Isolé
Je veux retourner à Histoires et poèmes

Franziska Santschi-Geiser © 1999